"Ce projet pourrait améliorer significativement la santé et le bien-être des personnes âgées qui ont une hypothyroïdie infra-clinique"
- Professeur Nicolas Rodondi de l’Université de Berne
TRUST Thyroid trial

Patients

La glande thyroïde est située située au niveau du cou et contrôle l’utilisation d’énergie et la production des protéines dans le corps ; elle contrôle également la sensibilité aux autres hormones.

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie infraclinique ?

En cas d’hypothyroïdie infraclinique, la glande thyroïde située au niveau du cou ne produit pas assez d’hormones thyroïdiennes pour permettre au corps de bien fonctionner. Les hormones thyroïdiennes sont importantes car elles aident à la régulation des différents organes, comme la circulation, le cœur, les muscles et le cerveau. Une sous-activité modérée de la thyroïde, ou hypothyroïdie infraclinique, touche une personne sur six après l'âge de 65 ans et a été associée à d’autres maladies, comme des infarctus ou des attaques cérébrales, à un âge avancé. Infraclinique signifie qu’il n’y a pas de symptômes visibles. Sans prise de sang, il est impossible de savoir si vous avez une hypothyroïdie infraclinique.

Qu’est-ce que le projet TRUST ?

Actuellement, il n’y a pas de traitement accepté et reconnu par tous pour traiter les personnes avec une hypothyroïdie infraclinique. Les chercheurs espèrent trouver la réponse avec l’étude TRUST. Les investigateurs du projet TRUST suivront 3000 personnes âgées pendant 5 ans dans le but de mieux comprendre comment traiter les personnes qui présentent une hypothyroïdie infraclinique. La moitié des participants à l’étude recevra une substitution en hormone thyroïdienne, la thyroxine, alors que l’autre moitié recevra un placebo. Les deux groupes seront alors suivis pour évaluer leur réponse au traitement.

Pourquoi ai-je été invité à participer ?

Nous invitons les personnes de plus de 65 ans, dont les résultats d’un prélèvement sanguin effectué au cours de l'année écoulée dans un des centres universitaires participant à TRUST suggèrent une hypothyroïdie infraclinique, à participer à cette étude.
Nous avons préalablement demandé l'accord du directeur du service par lequel vous avez été traité pour vous inviter à la participation à cette étude. Vos médecins traitants dans votre centre universitaire ne sont toutefois pas impliqués dans la suite de l'étude.
Cette étude est approuvée par la commission d'éthique.

Dois-je participer ?

Vous n’êtes en aucun cas obligé de participer ; c’est à vous de décider. Si vous décidez de participer à l’étude, nous vous demanderons de signer un formulaire de consentement pour le dépistage d’entrée dans l’étude. Une fois inclus(e) dans l’étude, vous êtes libre de vous retirer à tout moment et sans devoir en donner la raison. Cette décision n’affectera pas les soins médicaux standards qui vous sont prodigués.

Que se passera-t-il si je participe ?

Si vous décidez de participer à l'étude, une de nos infirmières de recherche vous convoquera à un premier rendez-vous de dépistage au centre de recherche TRUST le plus proche. Cette visite de dépistage aura lieu jusqu'à 6 semaines avant le début de l'étude et durera environ 30 minutes. Le but de cette visite est de rechercher une éventuelle raison médicale ne permettant pas votre participation à l'étude.
Lors de la visite de dépistage, vous recevrez tout d'abord des documents d'information aux patients et nous vous demanderons de confirmer par écrit votre accord de participation. Il vous sera donc demandé de signer la déclaration de consentement. Par la suite, nous vous poserons des questions sur votre santé, votre passé médical et sur les médicaments que vous prenez actuellement. L'infirmière de recherche vous fera ensuite une prise de sang afin de définir si votre glande thyroïde présente toujours une sous-activité.
Les résultats de cette prise de sang seront disponibles en l'espace d'une semaine. Dans le cas où ils confirment une hypothyroïdie infraclinique, vous obtiendrez un rendez-vous pour entrer dans l'étude.

S'il existe des raisons empêchant votre participation à l'étude, nous vous en informerons par écrit. Si nous découvrions par hasard un élément clinique anormal (par exemple une pression artérielle élevée), nous vous en informerions et, avec votre accord, nous contacterions votre médecin traitant par courrier.
Le médicament que nous testons dans cette étude est la thyroxine, un comprimé à avaler. La thyroxine est une hormone naturellement produite par le corps. Il s'agit du traitement habituellement donné aux patients ayant une forte sous-activité de la glande thyroïde.
Le but de cette étude est d'évaluer l'efficacité de la thyroxine chez les personnes âgées avec une hypothyroïdie infraclinique.

Mes frais seront-ils couverts ?

Afin de couvrir vos frais de transport, vous recevrez la somme de CHF 10.- lors de chaque visite. Hormis cette contribution aux frais de transport, vous n’aurez droit à aucun dédommagement.

Est-ce que ma participation à l’étude sera confidentielle ?

Toutes les informations récoltées dans le cadre de l’étude TRUST seront strictement confidentielles. Nous conserverons vos données personnelles (nom et adresse) de manière centralisée et codées sur un ordinateur sécurisé afin de protéger votre anonymat. Seules vos données codées (c'est-à-dire anonymes) pourront être consultées par nos collaborateurs spécialisés en Suisse, en Hollande, en Ecosse, en Irlande et aux Etats-Unis à des fins d'analyses scientifiques.
Les experts spécialisés du Fonds Européen peuvent contrôler la qualité de la visite de dépistage et la réalisation de l'étude. Dans le cadre d'inspection, ces experts, ainsi que les membres de l'administration et de la commission d'éthique responsables, peuvent consulter votre histoire médicale non codée en passant par le médecin de l'étude.
Pendant la visite de dépistage, la totalité de l'étude et les contrôles mentionnés ci-dessus, la confidentialité sera strictement respectée. Par ailleurs, votre nom ne paraîtra en aucun cas dans les rapports ou publications liées à l'étude.
 

Qui organise et finance cette étude ?

L’organisation qui finance cette étude est l’Union Européenne. L’équipe qui dirige cette étude en Suisse est sous la direction du Prof. Nicolas Rodondi de l’Hôpital de l’Ile, en collaboration avec l’Université de Glasgow en Ecosse, de Leiden aux Pays-Bas et de Cork en Irlande. Nous collaborons également avec des experts de la thyroïde de l’Université de Californie à San Francisco aux Etats-Unis.

Contacts

Pour tout complément d’information, composer le (no tél) ou consulter le site internet (www.trustthyroidtrial.com). Le site de l’organisation faîtière « Thyroid Federation International » (www.thyroid-fed.org) est une excellente source d’information sur les problèmes thyroïdiens.

Qu’est-ce que l’hypothyroïdie infraclinique ?

L’hypothyroïdie infraclinique signifie que la glande thyroïde, située dans le cou, pourrait ne pas produire assez d’hormones thyroïdiennes dont le corps a besoin pour fonctionner. Les hormones thyroïdiennes sont importantes car elles aident à la régulation des différents organes, comme la circulation, le cœur, les muscles et le cerveau. Une sous-activité modérée de la thyroïde, ou hypothyroïdie infraclinique, touche une personne sur six après l'âge de 65 ans et a été associée à d’autres maladies avec l’âge avancé, comme des infarctus ou des attaques cérébrales. Infraclinique signifie qu’il n’y a pas de symptômes visibles. Sans prise de sang, il est impossible de savoir si vous avez une hypothyroïdie infraclinique.